Tour des Dents Blanches, le récit d’une magnifique excursion entre collègues

Pour les trail runners, par un trail runner

Created with Sketch.

Tour des Dents Blanches, le récit d’une magnifique excursion entre collègues

Qui dit association professionnelle, dit aussi association sportive!
La rencontre entre Jean Claude et Marie s’est faite au refuge de Bostan, quand Marie y était gardienne (de 2015 à 2018). Le refuge de Bostan se situe sur le tour des Dents Blanches et c’est un endroit que Marie affectionne tout particulièrement. C’est un chemin de randonnée très technique qui lui rappelle sa Corse. Alors quand elle a proposé à Jean Claude d’en faire le tour, pour un premier entraînement d’associés, il était ravi de partir à la découverte de ces sentiers qu’il ne connaissait pas.


Le départ est fixé à 6h du matin, du parking des Crêts à Samoëns. Première montée en forêt, jusqu’au refuge de la Golèse, puis direction le col de Cou. Belle descente sur Barmaz par l’arête de Berroi.
Arrivée à Barmaz, à la cantine de Barmaz, où l’on rate de peu Olivier qui vient de redescendre des clients.
Puis remontée et descente sur Bonnaveau, où l’on discute 2mn avec Christine, qui attaque sa journée de travail.
Montée ensuite jusqu’à la cabane de Susanfe, la cabane du bonheur comme l’appelle Fabienne,  la gardienne. Un petit coin de paradis où tout est fait maison et où l’on est accueilli très chaleureusement. Pause rafraîchissante et discussion sur le début de saison. On y laisse deux paires de crampons pour qu’ils voyagent tout l’été (enfin tant que la neige persiste !) entre la cabane de Susanfe et le refuge de la Vogealle.
C’est là que les « difficultés «  commencent, enfin plutôt le passage tant redouté par les randonneurs du Tour des Dents Blanches, le fameux col des Ottans. La neige est très présente encore et nous sommes fiers de pouvoir utiliser de nouveau nos petits crampons légers (135g) CerroTorre, qui tiennent dans notre sac de Trail.
Une grosse rimaye est encore présente sous les échelles, et nous devons contourner sur la droite dans les rochers pour pouvoir revenir sur les câbles et les échelles. Nous adorons ce passage aériens qui met un peu de piment sur ce circuit.
À la sortie du col des Ottans, encore beaucoup de neige et nous gardons donc les crampons.
Arrivée au col de Sageroux, la neige est également bien présente, et nous ne sommes pas très rassurés de traverser ces grands névés, qui présentes des coulées d’avalanches.
Nous ferons comme en ski de randonnée, en gardant nos distances et en traversant très prudemment.
Nous arrivons au refuge de la Vogealle où nous sommes accueillis par Doriane, la gardienne du refuge. Dom est descendu ravitailler, et nous sommes seuls au refuge !
Superbe omelette au fromage et boissons rafraîchissantes pour récompenser nos efforts, on est accueilli comme à la maison. On fait le point avec Doriane sur les conditions du sentier car nous sommes les premiers à le faire cette saison.
Tarte au chocolat et café, bouquetin qui broute dans la pelouse, on a eu du mal à repartir de la Vogealle !
Mais notre périple n’était pas encore terminé …
Direction le pas de l’ours, puis le col des Chambres, le lac des Chambres et le refuge de Folly. Beaucoup de neige aussi dans ces coins là haut, et les crampons étaient plus que les bienvenus. On y a trouvé un Lac des Chambres majestueux avec ses glaçons.
Grosse descente au refuge de Folly où l’on est accueilli chaleureusement par Winnie et Tendi, les gardiens du refuge. Charlotte est descendue aussi ravitailler. Bières du Mont Blanc en terrasse pour fêter la fin de notre belle journée, que demander de mieux !
Puis redescente dans la forêt assez rapide (30mn😊) pour boucler les 42km en 8h43mn avec bien sûr un petit stop pour Marie dans le bassin pour se rafraîchir, preuve photo à l’appui ! 

 

 

Notre tour des Dents blanches en quelques chiffres:

• Distance : 42 km
• Durée : 8 h 44

• Dénivelé positif : 3140 m

• Dénivelé négatif : 3140 m

• Point le plus haut : 2540 m 

• Point le plus bas : 1020 m

• Vitesse moyenne 4,8 km/h

 

 

2 réponses

  1. iller dit :

    Bonjour ,
    je me permet de vous écrire pour une question pratique.

    je vois que vous avez effectué ce parcours fin juin,
    avez vous eu des passages vraiment inhospitaliers?
    J’ai réalisé le tour des aiguilles rouges à la même période en 2019 avec pas mal de neige mais ca passait toujours avec les crampons forestier et les batons.
    Là je compte faire le tour des dents blanches début juillet mais je connais un peu moins le terrain.

    Je vous remercie par avance de votre réponse,
    Mathilde

    • JCMATHIEU dit :

      Bonjour, tout dépend des conditions d’enneigement que l’on aura en 2020, mais la parti au dessus de Susanfe en direction du refuge de Vogealle reste longtemps en neige et glace car elle est exposé nord, et le passage est délicat pour aborder les échelles et au dessus. Je pense que cette année mes crampons seront en vente à la cabane de Susanfe.
      Bonne balade, Sportivement !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »